restaurant belgique

Curnonsky, le 'prince des gastronomes'

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
12 Décembre 2017

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2016-2017

Delta Bruxelles 2016-2017
40 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2018

Delta Belgique 2018
17ème édition, existe en français et en néerlandais.
8 index, 2000 établissements, 604 pages
CURNONSKY, LE 'PRINCE DES GASTRONOMES'
Maurice Edmond Sailland (Angers, 1872-Paris, 1956) dit Curnonsky était un gastronome, humoriste et critique culinaire français.
Orphelin de mère, abandonné par son père, il fut élevé par sa grand-mère. Il s'installa à Paris à 18 ans pour préparer l'École normale supérieure et devenir journaliste. Il commença à rédiger des articles pour des journaux comme La Vie Parisienne, Le Music-Hall illustré du matin ou Comœdia, et s'inventa son pseudonyme : la mode étant aux noms à consonance russe, il se posa la question en latin : « Cur non sky ? », « pourquoi pas sky ? », pseudonyme approuvé par Alphonse Allais, dont il reprenait la chronique intitulée « La Vie drôle » dans Le Journal. En complément de ses chroniques, il devint en 1895 un des « nègres » de Willy, le premier mari de l’écrivaine Colette, et composa des romans, comme Demi-Veuve, paru en 1899. C'est au Journal qu'il rencontra Paul-Jean Toulet. Les deux hommes sympathisèrent au point de devenir colocataires. Il prêta aussi sa plume à la publicité naissante. Il serait notamment à l'origine du surnom de Bibendum qui restera attaché au bonhomme en pneus de la firme Michelin.
À partir de 1921, il rédigea avec son ami Marcel Rouff La France gastronomique, une collection de 28 recueils sur la cuisine régionale et sur les meilleurs restaurants de France.
En 1927, à l’issue d’une compétition avec l’écrivain belge Maurice des Ombiaux (1868-1943, qui deviendra « prince de la treille »), il fut élu « prince des gastronomes » par 5000 experts via la revue Le bon gîte et la bonne table, un titre de noblesse qui lui reste attaché au XXIe siècle. En 1930, il fonda « L'Académie des gastronomes » (Maurice Maeterlinck en fut un membre éminent) et « L'Académie de l'humour », avec Romain Coolus. Membre de l'académie Rabelais, Chevalier de la Légion d’honneur en 1928, il est fait officier en 1938.
En 1933, avec le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié qui a entrepris un combat pour faire reconnaître les AOC, il fonde « L'Académie du vin de France ». Grand amateur du vin de cette région, il vint souvent sur place le retrouver à Châteauneuf-du-Pape.
Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, il quitte Paris et s'installe dans une auberge de Riec-sur-Belon en Bretagne. Il retrouve son appartement parisien à la fin de la guerre et reprend son activité de journaliste. Il lance alors la revue Cuisine et vins de France, qui donnera naissance en 1953 à un monumental ouvrage du même nom, considéré comme la bible des recueils de recettes de cuisine.
En 1954, il fonde l'Association professionnelle des chroniqueurs et informateurs de la gastronomie et du vin, APCIG, avec quelques éminents confrères.
Le 22 juillet 1956, il meurt en tombant de la fenêtre de son appartement. Il est enterré dans le cimetière de Beauchamp (Val-d'Oise).
Désireux de soutenir la cuisine bourgeoise et du terroir face aux sophistications parisiennes, il a écrit une cinquantaine d'ouvrages sur la cuisine, parmi lesquels La France gastronomique, guide des merveilles culinaires et des bonnes auberges françaises avec Marcel Rouff (1921), Les recettes des provinces de France (1930), Le bien manger, itinéraire gastronomique (1931), Dictionnaire de l'Académie de l'humour français (1934), Les fines gueules de France (1935), Lyon capitale mondiale de la gastronomie (1935), Cuisine et vins de France (1953), Souvenirs littéraires et gastronomiques (posthume, 1958).



Outre son credo culinaire (« La cuisine, c'est quand les choses ont le goût de ce qu'elles sont »), on lui doit aussi de nombreux bons mots,, comme : « Steak : viande que le restaurateur fait cuire ou cuir que le restaurateur fait viande. » « La cuisine du Périgord est sans beurre et sans reproche. » « La plupart des femmes se donnent à Dieu quand le diable n'en veut plus. » « Si le potage avait été aussi chaud que le vin, le vin aussi vieux que la poularde et la poularde aussi grasse que la maîtresse de maison, cela aurait été presque convenable. » Devenu lui-même obèse, il s’exclama un jour : « Hélas, je ne suis plus qu’une circonférence de presse. » Et à la fin de sa vie, il soupira : « J’ai trop d’urée. J’ai trop duré. » Quant à son épitaphe, la voici :
« Ci-gît Curnonsky.
Mort de la tombe voisine,
Veille sur tes pissenlits :
Il te mangerait les racines. »


Bernard DELCORD
(Sources : Wikipedia, Le Guide des Connaisseurs, Académie Curnonsky, Cercle du livre luxembourgeois)
Re-découvrez: CARPE DIEMRestaurants à Ouffet

L'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

"Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain". À l'instar d'Horace, Stéphane nous invite à lâcher prise dans son havre ou à y travailler dans la détente et la sérénité. La table est festive et propose des produits de saison, de première fraîcheur et présentés de manière bien attrayante. Divers menus coexistent (menu surprise du marché, menu découverte, la cuisine de Mamy...) et plusieurs formules d'hébergement alliant parfois le couvert, les séminaires, les réunions, les banquets permettent tant aux voyageurs qu'aux hommes d'affaires ou aux festoyeurs de tous types de trouver chaussures à leurs pieds. Une étape gourmande au rapport qualité prix indéniable.

JAMAIS HOMME NOBLE NE HAIT LE BON VIN ! (RABELAIS) Né en 1881 et mort en 1964, Maurice Constantin-Weyer est un écrivain aujourd’hui quelque peu oublié, et c’est grand dommage ! Car l’auteur de Manitoba (1924) et d’ Un homme se penche sur son passé (prix Goncourt 1928) avait une fort belle plume, inspirée par sa vie certes (en 1901, il...

Lire l'article complet

LASAGNES AU COQ Les bonnes recettes de la cuisine corse par Marie-José Luciani, illustrations de Kristel Riethmuller, Grenoble, Éditions Libris, collection « Carnets d’ici », mai 2008, 96 pp. En quadrichromie au format 19,5 x 14,( cm à l’italienne sous couverture cartonnée en couleurs, 15 € (prix Fran...

Lire l'article complet

AU PAYS DES DENTELLES DE PIERRE... Dans La Picardie gothique, un joli guide orné de 170 photos en couleurs paru à Rennes aux Éditions Ouest-France, l'historien amiénois Xavier Bailly mène le lecteur à la découverte d'une quarantaine de joyaux médiévaux de l'architecture religieuse, civile et militaire en le faisant chem...

Lire l'article complet

GASTRONOMIE ET TOURNAGES Le cinéaste Claude Chabrol est tout à la fois un grand provocateur et un très bon vivant. Aussi la plupart de ses films (il en a réalisé 57 à ce jour, en 50 ans de carrière) sont-ils jalonnés de préparations culinaires diverses, allant du pâté de la mère Chaunier dans le Beau Serge (1959) à la pinta...

Lire l'article complet

SPéCULOOS Degré de difficulté: facile
Préparation: 15 minutes
Repos: 12 heures
Cuisson: 10 minutes

Ingrédients : 350 g de farine, 250 g de cassonade, 250 g de beurre, 1 œuf, 1 cuillère à café de cannelle en poudre, ½ cuillère à café de noix de muscade râpée, 1 pin...

Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals