restaurant belgique

Gigot à la serviette

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
17 Décembre 2017

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2016-2017

Delta Bruxelles 2016-2017
40 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2018

Delta Belgique 2018
17ème édition, existe en français et en néerlandais.
8 index, 2000 établissements, 604 pages
GIGOT À LA SERVIETTE
Variétés Gourmandes par Grimod de la Reynière, anthologie composée et préfacée par Claudine Brécourt-Villars, Paris, Éditions de La Table Ronde, collection « La petite vermillon », octobre 2011, 309 pp. en noir et blanc au format 11 x 18 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,50 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce petit livre jouissif la recette suivante :


Gigot à la serviette

Rien n'est si succulent en fait de cuisine bourgeoise et peu dispendieuse qu'un gigot de mouton à la broche, bien choisi et cuit à point, mais aussi rien en général n'est plus difficile à réaliser. Il est bien plus aisé de trouver des femmes sensibles que des gigots tendres, et cette qualité, qui est presque inhérente aux premières, est si rare dans les seconds que l'on y a presque renoncé. C'est dommage, car un gigot rôti d'une tendreté parfaite est l'une des plus excellentes choses que la boucherie puisse accorder à l'appétit d'un gourmand qui n'est pas encore blasé sur les produits de la cuisine et qui préfère un mets sain, naturel, juteux et succulent, à tous les ragoûts incendiaires, qui trop souvent ne flattent les organes du palais qu'aux dépens de ceux de la digestion.

Mais la tendreté d'un gigot dépend moins de l'art du cuisinier que de ses soins, de sa patience, et surtout du naturel de la bête. Il est tel mouton que rien ne peut attendrir et tel autre que trois ou quatre jours d'attente suffisent pour rendre fondant. Mais il faut convenir que ceux-ci sont les élus de la boucherie et que rien n'est plus rare que de les y rencontrer, surtout à Paris, où les meilleurs moutons viennent du Cotentin, de la Normandie ou de Beauvais, et ne sont guère recommandables que par leur volume. Quant à ceux des Ardennes, de Cabourg et de Pré-Salé, qui sont les plus délicats et les plus succulents, il faut les tirer en droiture, avec autant de précaution que l'on doit en mettre pour obtenir du Clos Vougeot ou de la Romanée, des vins fins et naturels.

Dans la presque impossibilité de manger un gigot tendre à la broche, le génie des cuisiniers s'est retourné de cent autres manières pour nous masquer son insensibilité. De là sont nés les gigots à l'eau, de sept heures1, à la daube, à la Périgord, à la paysanne, farcis, piqués à la dauphine, à la sultane et mille autres inventions plus savantes encore, sorties du cerveau des artistes de première classe.

Il en est une qui, pour être beaucoup plus simple que toutes celles que nous venons d'énumérer, n'en est pas moins recommandable, et la dame de qui nous la tenons et dont nous avons éprouvé l'excellent goût dans plus d'une occasion nous en garantit le succès.

Vous choisissez un gigot aussi bon qu'il est possible aux bouchers de Paris de vous le fournir et lorsque vous l'aurez attendu assez de temps(3) pour bien augurer de sa tendreté, vous le pesez. Il faut qu'il cuise pendant autant de quarts d'heure qu'il pèse de livres, plus un si on le veut sanguinolent, ou plus deux si on l'aime bien cuit.

Voici maintenant la manière de l'accommoder: on l'enveloppe dans un linge blanc; on a une marmite assez grande pour pouvoir le contenir tout entier; on la remplit d'eau; lorsque cette eau bout à gros bouillons, on le met dedans et on la soutient toujours au même degré, c'est-à-dire dans une continuelle ébullition.

Lorsque le gigot a demeuré dans cette eau le temps que nous avons déterminé, on le retire, on le dresse sur un plat et on le sert sans autre assaisonnement. La grande chaleur de l'eau a tellement saisi les pores de ce gigot, d'ailleurs bien enveloppé et bien serré dans la serviette, tellement concentré tout son jus, qu'au premier coup de couteau qu'on lui donne, ce jus sort avec la vélocité du fameux jet d'eau de Saint-Cloud(4) . C'est une véritable inondation sur la table et l'on a de la peine à se garantir des suites de ce succulent déluge(5) .

Tel est le gigot à la serviette. On assure que le mouton, cuit de cette manière, perd ce goût de bercail qu'il n'a que trop souvent à Paris et que supportent difficilement les estomacs délicats. Cette recette n'a rien de savant sans doute, mais c'est sa simplicité même qui en fait le mérite, puisque d'une part elle est à la portée de tous les consommateurs et peut se pratiquer partout, et que, de l'autre, il en résulte un mets peu dispendieux, succulent(6) et salubre.



(3) Dont vous aurez différé la consommation suffisamment longtemps pour lui donner plus de saveur.
(4) Du Parc de Saint-Cloud.
(5) Raison pour laquelle Grimod avait aussi baptisé cette recette : le gigot diluvien.
(6) Au sens de : qui a beaucoup de sucs, de saveur.
Re-découvrez: LA FLAMME BLANCHEL'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

Une adresse au décor très tendance où la qualité du couvert fait un peu oublier l’exiguïté des tables. Spécialité de la maison: "Flammeküche", mais on peut aussi s'y régaler de préparations de cuisine traditionnelle française et autres revisitées, comme par exemple un vol-au-vent de coucou de Malines et son émulsion à la truffe ou bien du perroquet royal en pavé rôti, à la vanille de Madagascar et servi avec une purée aux jeunes oignons confits.

D’HENRI IV à NOS JOURS… Les 30 recettes de Ce soir au menu, c’est pot-au-feu par Keda Black montrent, si besoin était, que la modernité peut voisiner sans encombre avec la modernité. On y trouve en effet la façon d’aménager le pot-au-feu des familles, le Parmentier printanier, les coquillettes au bouillon, l...

Lire l'article complet

L’AUTOMOBILE EST UN éQUIVALENT ASSEZ EXACT... ...des cathédrales gothiques. » (Roland Barthes)

Pierre-Olivier Marie, journaliste spécialisé dans l’automobile, est rédacteur en chef adjoint du site Caradisiac.com. Il a également participé à la création de Car Life et Question Auto, passé plusieurs années à Auto Plus, et signé...

Lire l'article complet

LA MEILLEURE DES CUISINES RéGIONALES (CURNONSKY) En 1929, Andrée Mallet-Maze dite La Mazille (1891-1984), célèbre Périgourdine, publie chez Flammarion, illustré par sa sœur Renée, un recueil intitulé La Bonne Cuisine du Périgord, le premier livre de cuisine de cette région réputée pour sa gastronomie régionale, un best-...

Lire l'article complet

CERF AUX AMANDES Ingrédients :
1 gigue de jeune cerf, d’environ 1 kg

1 bouquet de livèche 1
1 cuiller à soupe de cumin

250 g d’amandes grillées (à remplacer éventuelle...

Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals