restaurant belgique

Parmentier et les pommes de terre

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
16 Janvier 2018

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2016-2017

Delta Bruxelles 2016-2017
41 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2018

Delta Belgique 2018
17ème édition, existe en français et en néerlandais.
8 index, 2000 établissements, 604 pages
PARMENTIER ET LES POMMES DE TERRE
Parmentier
Parmentier et les pommes de terre


Vous traitez aujourd’hui d’un sujet connu de tous…

Oui et non. Je vais vous parler de l’introduction, dans nos régions, de la pomme de terre qui, chez nous, se consomme quotidiennement


D’où provient la pomme de terre ?

D’Amérique de Sud, où elle est cultivée depuis de nombreux siècles. Elle a été amenée en Europe au XVIe siècle par les Espagnols et les Portugais qui l’ont probablement aussi introduite en Inde. Elle fut longtemps considérée comme un produit de seconde zone, et utilisée à l’alimentation des pauvres ou à l’engraissage des animaux domestiques, comme le cochon.


Et c’est là qu’intervient ce fameux Monsieur Parmentier…

Né à Montdidier en 1737, mort à Paris le 17 décembre 1813, Pierre-Augustin Parmentier commence ses études dans diverses pharmacies. En 1755, il quitte sa ville natale pour poursuivre ses études à Paris.

Il est nommé en 1757 sous-aide apothicaire aux armées. Fait prisonnier pendant la guerre de Sept Ans, il herborise dans la région de Hanovre.

En 1771, il est apothicaire-major de l’Hôtel royal des Invalides.

C’est à cette époque que l’Académie de Besançon lança un concours sur le thème suivant : « Quels sont les végétaux qui pourraient être substitués en cas de disette à ceux que l’on emploie communément et quelle en devrait être la préparation ? »


Et la réponse sera : les pommes de terre !

Oui. Parmentier se trouve face au problème qu’il retourne dans sa tête depuis plusieurs années. Il pense toujours à cette bouillie de pommes de terre avec laquelle on l’a nourri durant sa captivité.

Il entreprend donc la rédaction de son mémoire et défend son projet comme suit :
« Nos soldats ont considérablement mangé de pommes de terre dans la dernière guerre ; ils en ont même fait excès, sans avoir été incommodés ; elles ont été ma seule ressource pendant plus de quinze jours et je n’en fus ni fatigué, ni indisposé. »

À l’issue de la publication de son mémoire, l’Académie des Sciences, des Belles-Lettres et des Arts le récompense, malgré une interdiction du Parlement de cultiver la pomme de terre datant de 1748.

Il faut savoir que ce légume était rendu coupable de tous les maux, et on l’accusait plus particulièrement de transmettre la lèpre.


Quelle idée bizarre… Cela a dû compliquer la tâche de Parmentier, non ?

Et comment ! En 1772, les membres de la Faculté de médecine de Paris planchent pendant de longues semaines sur le sujet et finissent par déclarer la pomme de terre bonne à consommer.

« Parmentier à gagné la partie » pense-t-on, hé bien non !

Le terrain qu’il utilise aux Invalides pour étudier toutes sortes de légumes appartient à des religieuses. Ces dernières, qui n’aiment pas les scientifiques, se plaignent au roi de sa présence et obtiennent le 31 décembre 1774 un arrêt du Conseil du roi qui supprime le poste de Parmentier.

Ne baissant pas les bras pour autant, celui-ci va promouvoir la pomme de terre en organisant des dîners où seront conviés des hôtes prestigieux tels que Benjamin Franklin ou Lavoisier.

C’est au cours de l’un de ces dîners qu’il présenta le fameux hachis Parmentier si cher à la population française – et belge – d’aujourd’hui !


Il communique, en somme. C’est très moderne !

Exactement ! En août 1786, il apportera même au roi un bouquet de fleurs de pomme de terre. Louis XVI en glissera une à sa boutonnière et une autre sur la perruque de Marie-Antoinette…

Mais tout le monde se méfie encore des pommes de terre, Parmentier va alors user d’un stratagème pour les faire découvrir.


Racontez-nous ça…

Il a planté des pommes de terre dans un champ près de Neuilly. Quand les tubercules furent parvenus à maturité, il fit garder le champ durant la journée par des hommes en armes. Tout le monde se demandait ce qu’il y avait là de si important à garder. À la tombée de la nuit, les soldats se retirèrent et le peuple parisien se précipita pour « voler » les pommes de terre. Parmentier avait gagné en partie son pari !

Mieux encore, Louis XVI fit alors servir des pommes de terre à sa table et autorisa en juin 1787 le classement du tubercule dans les plantes utiles du jardin d’essai de Rambouillet.

En 1795, la Commune ordonna de planter des pommes de terre dans les jardins des Tuileries pour faire face à la famine qui s’était abattue sur Paris.



Parmentier fut donc un bienfaiteur de l’humanité…

Vous ne croyez pas si bien dire !

Inspecteur général du Service de santé sous Napoléon, c’est lui qui imposa, de 1805 à 1813, l’obligation de la vaccination contre la variole.

En 1772, en compagnie d’un ancien pharmacien des Invalides appelé Cadet de Vaux, il tenta d’améliorer la qualité du pain distribué dans les hôpitaux et les prisons en imaginant une nouvelle méthode de panification.

C’est aussi Parmentier qui a eu l’idée d’extraire le sucre d’autres végétaux que la canne à sucre. En 1793, il donna même les techniques à employer. C’est ainsi que, grâce à lui, la première raffinerie de sucre de betterave mise en service par Delessert vit le jour en 1801.



Bernard DELCORD
Chroniqueur du Guide Delta des hôtels et des restaurants de Belgique
Re-découvrez: CARPE DIEMRestaurants à Ouffet

L'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

"Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain". À l'instar d'Horace, Stéphane nous invite à lâcher prise dans son havre ou à y travailler dans la détente et la sérénité. La table est festive et propose des produits de saison, de première fraîcheur et présentés de manière bien attrayante. Divers menus coexistent (menu surprise du marché, menu découverte, la cuisine de Mamy...) et plusieurs formules d'hébergement alliant parfois le couvert, les séminaires, les réunions, les banquets permettent tant aux voyageurs qu'aux hommes d'affaires ou aux festoyeurs de tous types de trouver chaussures à leurs pieds. Une étape gourmande au rapport qualité prix indéniable.

GASPACHO MELON & POIVRON Légummmhh… par Nathalie Bruart, photographies d’Alexandre Bibaut et Laetizia Bazzoni, Bruxelles, Éditions Racine, mai 2016, 192 pp. en quadrichromie au format 21 x 26,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 24,95 €

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil très ve...

Lire l'article complet

UN BOUQUIN DROLDEMENT DROL’ ! Parue récemment chez Corporate à Bruxelles, l’anthologie Les rois de la Zwanze rassemblée par Georges Lebouc ravira les amateurs de parler pittoresque et d’humour bon enfant autant que de pastiches savoureux et d’irrévérence taquine. Proposant des textes tantôt en bruxellois, tantôt en...

Lire l'article complet

LES GUIDES DES VINS
Les Guides des vins


C’est la saison des guides des vins…

En effet ! Nous parlerons aujourd’hui de deux des plus célèbres grands crus de 2006, à savoir le Guide Hachette des vins et le Guide Dussert-Gerber des vins de France, qui se trouvent, comme chaque anné...

Lire l'article complet

LES FEUX DE L’éTé Les beaux jours ramènent avec eux les repas conviviaux et festifs au jardin ou sur la terrasse, et le recours aux 36 recettes du recueil intitulé Brochettes et grillades constitue une arme de suggestions massives pour les réussir à coup sûr !

Et cela, que l’on mette à exé...

Lire l'article complet

LAPIN AUX OLIVES VERTES Voici un plat classique concocté par nos grands-mères qui connaît toujours un franc succès. De nos jours, nous aimons le cuisiner avec autant de plaisir mais plus rapidement.
Pour 4 personnes
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 35 minutes
Réalisation : très facile

Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals