Deux millénaires en cent repères…

 

Docteure en histoire (Paris-I Panthéon-Sorbonne) et maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université de Paris-Ouest Nanterre la Défense, Bénédicte Sère est également coauteure, avec Nelly Labère, des 100 mots du Moyen Âge, un ouvrage paru aux Presses universitaires de France dans la collection « Que sais-je ? ».

 

Chez le même éditeur et dans la même collection, elle a publié Les 100 dates de l’histoire de l’Église, un brillant essai au sein duquel elle fait montre d’une grande maestria synthétique dans l’exposé et l’interprétation des soubassements historiques, politiques, culturels et religieux de l’Occident et du Moyen-Orient depuis la crucifixion de Jésus-Christ jusqu’à l’élection du pape François, une véritable gageure.

 

Extrait :

 

1555

Abdication de Charles Quint

 

« En ce geste éclatant de la fin de sa vie, Charles Quint, l’empereur d’« un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais », renonce librement au pouvoir et se retire quelques mois plus tard, en 1556, à Yuste, dans un couvent d’Estrémadure.

 

L’abdication a lieu le 25 septembre 1555, à Bruxelles, vers trois heures de l’après-midi, heure de la mort du Christ en croix, racontent les chroniques et les sources du temps. Elle a lieu, surtout, le jour même où fut signée la paix d’Augsbourg, c’est-à-dire la reconnaissance de la confession luthérienne, désormais l’égale juridique de la confession catholique selon le principe cujus regio, ejus religio (« tel prince, telle religion »). Les sujets sont libres de choisir leur religion et doivent émigrer en cas de désaccord avec leur suzerain.

 

C’est la première reconnaissance officielle de la liberté de religion. Par ce compromis est définitivement abandonnée la longue unité religieuse de l’Empire romain germanique.

 

Les contemporains sont bouleversés et s’interrogent : grandeur d’âme (Montaigne) ou faiblesse (Brantôme) du caesar abdicans ? L’empereur qui abdique reste un exemplum moral de la fatigue du pouvoir liée à la défaillance des forces, il est vrai. L’homme fut toujours fidèle aux enseignements de son précepteur, Adrien d’Utrecht, devenu pape sous le nom d’Adrien VI, pour qui rien n’était plus malheureux que le pouvoir suprême.

 

Plus fondamentalement, l’abdication de Charles Quint apparaît d’une certaine manière comme l’échec d’un rêve : rêve d’une unité religieuse, rêve d’un Empire chrétien, rêve du maintien d’un catholicisme contre les protestants et d’une reconquête sur les sujets rebelles. D’un mot : rêve d’un messianisme impérial et d’un triomphe de la chrétienté, dont il faut bien dire que l’essence reste toute médiévale.

 

Charles Quint, on l’a beaucoup écrit, est le dernier des empereurs médiévaux, hanté par l’autre Charles que fut Charlemagne. Parce que sa sensibilité fut toute médiévale, autant que sa foi et sa piété, le geste du renoncement suprême au pouvoir est à sa manière le terme de la longue tradition spirituelle du mépris du monde et de la retraite. Le geste est religieux, indéniablement, en référence à ce passé médiéval. Mystique même lorsque l’absolu désintéressement de la foi mène à la gloire héroïque par mépris de la gloire.

 

Ce que signe l’abdication de Charles Quint, c’est aussi la fin de la chrétienté médiévale. »

 

Bien vu !

 

Bernard DELCORD

 

Les 100 dates de l’histoire de l’Église par Bénédicte Sère, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Que sais-je ? », mai 2018, 128 pp. en noir et blanc au format 11,5 x 17,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 9 €

 

Liste des 100 dates :

Vers 30-33 : Crucifixion de Jésus et annonce de sa résurrection

50 : Le « concile de Jérusalem »

70 : Chute de Jérusalem et destruction du Temple

Vers 150 : Le canon de Muratori

177 : Irénée de Lyon élabore la théologie de l’unité contre le dualisme gnostique

250-251 : Persécution de Dèce

313 : L’édit de Milan a-t-il eu lieu ?

325 : Concile de Nicée

386 : Conversion d’Augustin dans le jardin de Milan

405 : La Vulgate

410 : Sac de Rome : drame ou rupture ?

400-410 : Le monastère de Lérins

496 : Remi n’a pas baptisé Clovis à Reims

Vers 550 : La règle de Benoît de Nursie

587 : Conversion de Reccared, roi wisigoth

597 : Augustin, apôtre des Anglais et premier évêque de Cantorbéry

638 : Jérusalem prise par les Arabes ou le défi de l’Islam

Vers 800 : L’Occident invente la chrétienté

830 : Le plan de Saint-Gall ou le monastère idéal

861 : Conversion des Slaves par Cyrille et Méthode

909 ou 910 : Fondation de Cluny

963 : Fondation du monastère de la Grande Laure au mont Athos

1000 : Gerbert d’Aurillac, pape de l’an mil

1033 : Raoul Glaber, entre fin des temps et renouveau du monde

1054 : Le mythe d’un schisme entre Orient et Occident

1095 : L’appel de Clermont par Urbain II et le début des croisades

1113 : Romuald fonde les Camaldules en Toscane

1115 : Bernard, moine cistercien

1122 : Concordat de Worms

1143 : Première traduction du Coran en latin

1170 : Assassinat de Thomas Becket dans sa cathédrale de Cantorbéry

1202-1204 : Les sacs de Zara et de Constantinople

1205 : François se dévêt en place publique et s’en remet à l’évêque d’Assise

1209 : Simon de Montfort en croisade contre les Albigeois

1215 : Le concile de Latran IV

1228 : Frédéric II Hohenstaufen, Antéchrist ou empereur éclairé ?

1252 : L’Inquisition

1270 : Louis IX meurt à Tunis du typhus

1271-1272 : Thomas d’Aquin rédige la Somme théologique

1277 : Étienne Tempier condamne 210 thèses à l’université de Paris

1282 : Kubilai Khan accueille le culte chrétien en Chine

1302 : Boniface VIII fulmine la bulle Unam sanctam

1310 : Marguerite Porete est brûlée à Paris

1317 : Jean XXII condamne les spirituels

1331 : Le débat sur la vision béatifique commence

1352 : L’Église et la peste en Avignon

1378 : Urbain VI élu pape à Rome dans la peur et l’agitation

1398 : L’université de Paris propose de « soustraire l’obéissance » au pape

1438 : La Pragmatique Sanction est rédigée à Bourges

1450 : Nicolas V proclame le jubilé à Rome

1486 : Le Marteau des sorcières

1494 : Savonarole inquiète Florence

1516 : François Ier signe le concordat de Bologne

1517 : Luther placarde ses 95 thèses

1521 : Correspondance spirituelle entre Guillaume Briçonnet et Marguerite d’Angoulême

1534 : Henry VIII, « chef unique et suprême de l’Église d’Angleterre »

1540 : La Compagnie de Jésus est reconnue à Rome

1541 : Calvin fonde l’Église réformée de Genève

1550 : Controverse de Valladolid

1555 : Abdication de Charles Quint

1563 : Baptême d’Ômura Sumitada

1564 : Début de la réception des décrets du concile de Trente

1572 : Gaspard de Coligny est assassiné lors de la nuit de la Saint-Barthélemy

1579 : Diego Valadés publie la Rhetorica christiana

1593 : Henri IV assiste à une messe catholique en abjurant le protestantisme

1601 : Matteo Ricci arrive à Pékin

1615 : Arrivée des Récollets en Nouvelle-France

1648 : Le pape Innocent X proteste contre les articles du traité de Westphalie

1656 : Pascal commence la publication des Provinciales

1697 : Le quiétisme : Fénelon contre Bossuet

1713 : La bulle Unigenitus

1740 : Benoît XIV, pape éclairé ?

1773 : Clément XIV supprime la Compagnie de Jésus

1790 : La Constitution civile du clergé

1801 : Le régime concordataire de Napoléon

1825 : Johann Adam Möhler publie L’Unité de l’Église

1837 : Première messe de Pierre Chanel sur l’île de Futuna (Océanie)

1845 : Le mouvement d’Oxford et John Henry Newman

1858 : Les apparitions à la grotte de Massabielle

1863 : Renan publie la Vie de Jésus

1870 : Le concile du Vatican proclame le dogme de l’infaillibilité pontificale

1886 : Charles Lwanga, martyr ougandais de la foi chrétienne en Afrique

1890 : Fondation du Congrès évangélique social

1891 : Léon XIII accepte-t-il le monde moderne par l’encyclique sociale ?

1902 : Alfred Loisy publie L’Évangile et l’Église

1905 : Loi de séparation de l’Église et de l’État en France

1912 : L’Église devient un idéal-type

1917 : Ordination du premier prêtre africain en Tanzanie

1925 : Canonisation de Thérèse de Lisieux

1937 : Encycliques Mit brennender Sorge contre le nazisme et Divini Redemptoris contre le communisme

1950 : Condamnation de la « nouvelle théologie »

1951 : Premier congrès international pour l’apostolat des laïcs à Rome

1959 : Fondation de la Conférence des Églises européennes

1962 : Messe d’ouverture du concile Vatican II

1968 : Contestation de l’encyclique Humanae vitae

1975 : Traduction œcuménique de la Bible

1979 : Conférence de Puebla

1999 : Déclaration commune à propos de la doctrine de la justification

2013 : Démission de Benoît XVI

13 mars 2013 : Le pape François, pontife d’un style nouveau ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin