Enquête chez les kiekefretters…

Rédigé par la romancière, dramaturge, actrice et réalisatrice belge Nadine Monfils (°1953) dans la collection « Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma [1] », Crimes dans les Marolles – qu’elle dédie à Guy Marchand [2], œuf corse – s’inspire fort librement de l’affaire Léopold Storme [3] qui défraya naguère la chronique judiciaire de la capitale européenne.

En voici le pitch :

« Guy Marchand, président du jury thriller au BIFFF, Festival du film fantastique de Bruxelles, invite son ami Nestor Burma à l’accompagner.

Lors d’une soirée, il rencontre la petite amie de Léo Straum, condamné à 26 ans de réclusion pour être accusé d’avoir assassiné ses parents et sa sœur. Il s’est réveillé au milieu de leurs cadavres et déclare ne plus se souvenir de rien.

Dans la famille Straum, tout le monde s’aimait et baignait dans le bonheur avant de baigner dans le sang. L’affaire intrigue Burma qui décide d’y fourrer son nez… »

Découpé en courts chapitres intitulés par des extraits de chansons en français (« Parle plus bas car on pourrait bien nous entendre », « Madame promène son cul sur les remparts de Varsovie », ‘Les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics »…) et en anglais (“Sugar sweet, so is she, bye bye blackbird”, “Help, I need somebody”), le récit alerte et primesautier balade le lecteur au cœur du quartier populaire bruxellois dominé par l’imposant palais de justice et sis autour de la place centrale du Jeu de Balle où s’installe un marché aux puces quotidien.

Un tof polar ?

Non, peut-être !

Bernard DELCORD

Crimes dans les Marolles par Nadine Monfils, Paris, Éditions French Pulp, collection « Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma » dirigée par Jérôme Leroy, février 2019, 176 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 15 € (prix France)


[1] Nestor Burma est un détective privé de fiction, créé en 1942 par Léo Malet. Comme l’écrit l’historien Jean Tulard dans son Dictionnaire du roman policier : « On peut le considérer comme le premier détective privé de la littérature policière française » et « Ce Gavroche monté en graine (selon l’expression de Boileau-Narcejac) entretient d’assez mauvais rapports avec la police officielle, toujours prête à le soupçonner des pires méfaits. Cynique, gouailleur, très désinvolte, il ne connaît pas toujours la réussite, mais ne laisse pas les dames indifférentes ». La plupart de ses aventures ont pour cadre la ville de Paris, notamment dans les romans de la série des Nouveaux Mystères de Paris, dont le titre est un clin d’œil aux Mystères de Paris d’Eugène Sue et dont l’action se déroule chaque fois dans un arrondissement différent. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nestor_Burma)

[2] Guy Marchand, né le 22 mai 1937 à Paris, est un acteur, chanteur, musicien et écrivain français. À la fois pianiste, saxophoniste et clarinettiste, il joue du jazz, du blues et du tango. Il incarna le personnage de Nestor Burma dans la série télévisée française en 39 épisodes créée d’après le personnage éponyme de Léo Malet et diffusée entre 1991 et 2003 sur Antenne 2 puis France 2.

[3] Léopold Storme, né le 29 juillet 1987 à Tournai, est la personne reconnue coupable du meurtre de ses parents et de sa sœur, tués le samedi 16 juin 2007 dans leur magasin des Marolles à Bruxelles. Condamne à 26 ans de réclusion par la cour d’assises de Bruxelles en octobre 2010, il a été libéré sous conditions en juin 2017 par le tribunal d’application des peines de la même ville. dlock

Facebooktwitterpinterestlinkedin