La conférence de l’horreur…

Admirablement dessinée, subtilement colorée dans des tons blafards et remarquablement documentée [1], la bande dessinée de Fabrice Le Hénanff intitulée Wannsee, parue chez Casterman à Bruxelles, décrit par le menu la conférence secrète tenue le 20 janvier 1942 dans une villa de la banlieue de Berlin sous la direction de Reinhard Heydrich (1904-1942) [2], « vice-gouverneur » du Reich en Bohême-Moravie, au cours de laquelle quinze hauts fonctionnaires nazis, en moins d’une heure trente, entérineront et mettront au point l’organisation administrative, technique et économique de la « solution finale de la question juive », voulue par Adolf Hitler (1889-1945) et ensuite mise en œuvre, sur ses instructions, par Hermann Göring (1893-1946), Heinrich Himmler (1900-1945), Heydrich et le collaborateur de ce dernier, Adolf Eichmann (1906-1962).

La plus vaste opération génocidaire de l’histoire humaine était lancée sur les rails.

D’Auschwitz, notamment…

Bernard DELCORD

Wannsee par Fabrice Le Hénanff, Bruxelles, Casterman, juin 2018, 88 pp. en quadrichromie au format 24 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 18 €

Liste des participants et de leurs supérieurs hiérarchiques :

Reinhard HEYDRICH (1904-1942), SS-Obergruppenführer, chef du RSHA, qui préside la réunion (→ Heinrich Himmler, rang de ministre)

Adolf EICHMANN (1906-1962), SS-Obersturmbannführer, chef du bureau IV B-4 (Judenangelegenheiten, Affaires juives) de la Gestapo (RSHA), qui rédige les notes de la conférence (→ Heinrich Müller, présent → Reinhard Heydrich, présent)

– Dr Josef BÜHLER (1904-1948), Staatssekretär, Gouvernement général de Pologne (→ Dr Hans Frank, rang de ministre)

– Dr Roland FREISLER (1893-1945), Staatssekretär, ministère de la Justice (→ Franz Schlegelberger, ministre)

Otto HOFMANN (1896-1982), SS-Gruppenführer, chef du Bureau pour la race et le peuplement (RuSHA) (→ Heinrich Himmler, rang de ministre)

– Dr Gerhard KLOPFER (1905-1987), SS-Oberführer, secrétaire permanent à la chancellerie du parti (→ Martin Bormann, en contact direct avec Hitler)

– Dr Friedrich Wilhelm KRITZINGER (1890-1947), secrétaire permanent de la chancellerie du Reich (→ Dr Hans Lammers, en contact direct avec Hitler)

– Dr Rudolf LANGE (1910-1945), SS-Sturmbannführer, Kommandeur der SP und des SD (KdS) — chef de la SiPo et du SD (RSHA) — à Riga, Lettonie (→ Franz Walter Stahlecker, Befehlshaber der SP und des SD (BdS) Ostland (→ Reinhard Heydrich, présent)

– Dr Georg LEIBBRANDT (1899-1982), Staatssekretär, représentant du ministère des Territoires occupés de l’Est (→ Alfred Rosenberg, ministre, aux pouvoirs néanmoins limités)

Martin Franz Julius LUTHER (1895-1945), Unterstaatssekretär, ministère des Affaires étrangères (→ Joachim von Ribbentrop, ministre)

– Dr Alfred MEYER (1891-1945), Gauleiter du Gau Westfalen-Nord (de Westphalie du Nord) et Staatssekretär, adjoint de Rosenberg au ministère des Territoires occupés de l’Est (→ Alfred Rosenberg, ministre, aux pouvoirs néanmoins limités)

Heinrich MÜLLER (1900-1945 ?), SS-Gruppenführer, chef de la Gestapo (RSHA) (→ Reinhard Heydrich, présent)

Erich NEUMANN (1892-1951), Staatssekretär, Beauftragter für den Vierjahresplan — représentant du Plan quadriennal (→ Hermann Göring, rang de ministre) ; il représentait ainsi en outre les ministères de l’Économie, du Travail, des Transports et de l’Armement

– Dr Karl Eberhard SCHÖNGARTH (1903-1946), SS-Oberführer, Befehlshaber der SP und des SD (BdS), chef de la SiPo et du SD (RSHA) au Gouvernement général de Pologne (→ Friedrich-Wilhelm Krüger, HSSPf à Cracovie (→ Heinrich Himmler ou Reinhard Heydrich à titre fonctionnel, présent)

– Dr Wilhelm STUCKART (1902-1953), Staatssekretär, ministère de l’Intérieur (→ Wilhelm Frick, ministre) [3]


[1] Entre autres sur l’exemplaire n°16 des protocoles de la Conférence de Wannsee, celui de Martin Franz Julius Luther, qui ne fut pas détruit en dépit des ordres reçus d’Heydrich et que des enquêteurs américains retrouvèrent en 1947 dans les archives du ministère des Affaires étrangères du Reich.

[2] Il mourra à 38 ans dans d’atroces souffrances à Prague le 4 juin 1942, liquidé par trois résistants tchécoslovaques qui avaient lancé une bombe antichar modifiée sur sa voiture le 27 mai 1942.

[3] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Wannsee

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin