« La pensée sans poésie, c’est comme un paysage sans ciel : on y étouffe. » (Henri-Frédéric Amiel)

 

Né le 5 octobre 1973 à Brive-la-Gaillarde en Corrèze, le mathématicien virtuose français Cédric Villani a été lauréat de la médaille Fields [1] en 2010.

 

Directeur de l’institut Henri-Poincaré [2] (rattaché à l’université Pierre-et-Marie-Curie) de 2009 à 2017, il est également depuis septembre 2010 professeur à l’université Claude-Bernard-Lyon-I et président du fonds de dotation de l’institut Henri-Poincaré.

 

Spécialiste de l’analyse mathématique, Cédric Villani travaille sur des problèmes issus de la physique statistique (équation de Boltzmann, amortissement Landau), de l’optimisation (problème du transport optimal de Monge) et de la géométrie riemannienne (théorie synthétique de la courbure de Ricci).

 

En 2017, il a été élu député pour le mouvement La République en marche dans la cinquième circonscription de l’Essonne.

 

Il a publié chez Flammarion, dans la collection « Champs », un passionnant petit essai intitulé Les mathématiques sont la poésie des sciences, dix textes courts et enlevés jetant des ponts entre la poésie et les mathématiques ou décryptant la pensée de Poincaré, des chapitres qu’il fait d’ailleurs logiquement suivre de L’invention mathématique dudit Poincaré, le tout constituant un ouvrage vulgarisateur à de haute tenue et parfaitement abordable par tous.

 

Bernard DELCORD

 

Les mathématiques sont la poésie des sciences suivi de L’invention mathématique par Cédric Villani (et Henri Poincaré), illustrations d’Étienne Lécroart, Paris, Éditions Flammarion, collection « Champs », juin 2018, 119 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 5 € (prix France)

 

Extraits :

 

En poésie, que ce soit dans la prosodie antique ou dans la poésie rythmique en vers, les règles jouent un rôle extrêmement important. En s’imposant de nouvelles contraintes, on donne naissance à des genres littéraires nouveaux : pensons aux expériences célèbres de l’OuLiPo qui rassemblait des poètes, des écrivains et des mathématiciens.

 

Avec ses Cent mille milliards de poèmes, Raymond Queneau a montré que la force de la combinatoire, en l’occurrence l’agencement de vers en différentes combinaisons, permet de créer toutes sortes de poèmes.

 

Et que se passe-t-il lorsqu’on applique des règles mathématiques arbitraires au texte ? Cela peut être surprenant et beau. Prenons la règle du « S + 7 » : chaque fois que vous rencontrez un mot important, un mot qui vous intéresse, vous allez le chercher dans le dictionnaire ; puis vous avancez de sept mots et vous faites la substitution. Plutôt bête, non ? Voici ce que cela donne pour une fable célèbre :

 

La cimaise ayant chaponné

Tout l’éternueur

Se tuba fort dépurative

Quand la bixacée fut verdie :

Pas un sexué pétrographique morio

De moufette ou de verrat.

Elle alla crocher frange

Chez la fraction sa volcanique

 

Ce qui est drôle, c’est qu’on reconnaît le texte de La Cigale et la Fourmi tel qu’on l’a appris à l’école, mais parsemé de mots qui surgissent en lui donnant un côté absurde. C’est beau et réjouissant, non ?

 

Et le fait de savoir que, derrière tout cela, il y a une règle mathématique renforce l’intérêt. On s’étonne qu’une règle si simple provoque de si grandes conséquences…

 

Une petite règle qui change tout – c’est vrai en mathématique, c’est très attractif du point de vue poétique.

[1] Communément surnommée le « prix Nobel de mathématiques ».

[2] Henri Poincaré est un mathématicien, physicien, philosophe et ingénieur français, né le 29 avril 1854 à Nancy et mort le 17 juillet 1912 à Paris. Il a réalisé des travaux d’importance majeure en optique et en calcul infinitésimal. Ses avancées sur le problème des trois corps en font un fondateur de l’étude qualitative des systèmes d’équations différentielles et de la théorie du chaos ; il est aussi un précurseur majeur de la théorie de la relativité restreinte et de la théorie des systèmes dynamiques. Il est considéré comme un des derniers grands savants universels, maîtrisant l’ensemble des branches des mathématiques de son époque et certaines branches de la physique. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Poincar%C3%A9)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin