Un ouvrage pharaonique…

 

Riche catalogue des expositions « L’épopée du canal de Suez. Des pharaons au XXIsiècle » [1] et « Marseille et l’épopée du canal de Suez » [2], le superbe ouvrage collectif sous la direction de Gilles Gauthier intitulé L’épopée du canal de Suez rassemble les contributions de 25 auteurs français et égyptiens spécialistes de cette construction gigantesque assurant la jonction maritime entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

 

Son histoire commence voici près de 4 000 ans, car c’est aux alentours de 2000 avant J.-C. que naît l’idée de permettre à des bateaux de passer du Nil à la mer Rouge, et ainsi de relier cette dernière à la Méditerranée.

 

À l’époque moderne, différents projets sont formulés avant que le chantier de construction du canal soit mis en œuvre en 1859. Dix ans plus tard, il est inauguré en grande pompe en présence des représentants des mondes arabe et européen.

 

La vie autour du canal sera rythmée par les conflits qui secouent le monde. Le nationalisme arabe émerge durant la Première Guerre mondiale et l’Égypte entame sa lutte pour l’indépendance.

 

Outil de développement économique majeur pour ce pays, ainsi qu’en témoigne la nationalisation de 1956 par Nasser, le canal demeure au cœur des événements politiques de la seconde moitié du XXsiècle, et notamment des guerres avec Israël en 1967 et 1973.

 

Au XXIe siècle, les travaux d’extension et de doublement du canal, ainsi que les projets d’urbanisation de la future Égypte permettent à cette histoire millénaire de se tourner vers l’avenir.

 

À travers un choix de documents très variés et les contributions de spécialistes, ce catalogue retrace les enjeux techniques, politiques et commerciaux du canal dans l’histoire de l’Égypte et du monde.

 

Bernard DELCORD

 

L’épopée du canal de Suez, ouvrage collectif sous la direction de Gilles Gauthier, Paris, Éditions Gallimard, mars 2018, 160 pp. en quadrichromie au format 20 x 26 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 22 € (prix France)

 

Sommaire :

 

Un canal quatre fois millénaire par Gilles Gauthier et Claude Mollard

 

Le canal des pharaons de l’Antiquité au Moyen Age : aux origines du canal de Suez ? par Christiane Ziegler

 

Darius et les stèles du canal par Julien Cuny

 

L’isthme de Suez : entre deux mers et trois continents par Ghislaine Alleaume

 

Après Bonaparte, mais avant Lesseps : les projets de Prosper Enfantin et des saint-simoniens par Philippe Régnier

 

Le canal de Suez et les grandes puissances : enjeux stratégiques (de sa conception à 1956) par Caroline Piquet

 

Le canal vu par les Égyptiens par Emad Abou Ghazi

 

L’inauguration par Robert Solé

 

L’homme qui fit rêver la France et le monde [3] par Philippe Joutard

 

Le khédive lsmaïl par Randa Sabry

 

Les voyageurs français aux fêtes de Suez en 1869 par Sarga Moussa

 

La corvée par May Farouk

 

Le sable et la vapeur : les machines du chantier du canal de Suez par Lionel Dufaux

 

« Un phare à l’entrée du canal de Suez » par Isabelle Braütigam

 

La Compagnie universelle du canal maritime de Suez par Arnaud Ramière de Fortanier

 

Marseille et le canal de Suez par Fabien Bartolotti et Xavier Daumalin

 

« Porte de l’Orient ? » Marseille et l’Asie avant le canal de Suez par Olivier Raveux

 

Villes et architectures dans l’isthme de Suez par Claudine Piaton

 

Les modes de vie dans les villes du canal par Inès El Sérafi

 

Les mobilisations populaires, syndicales et nationales par Angelas Dalachanis

 

Les origines historiques de la nationalisation du canal de Suez par Mohammed Afifi

 

La nationalisation de la Compagnie du canal de Suez et l’agression tripartite de 1956 par Caroline Piquet

 

Les combats sur le canal de Suez pendant les guerres de juin 1967 et d’octobre 1973 par Fatin Ahmad Farid

 

Une nouvelle Égypte à l’est de Suez par Gilles Gauthier

 

Le canal de Suez au regard de la littérature par Rania Fathy

 

Le cinéma de Suez par Salma Mobarak et Walid El Khachab

[1] Présentée à l’Institut du Monde arabe à Paris du 28 mars au 5 août 2018.

[2] Présentée au Musée d’Histoire de Marseille du 19 octobre 2018 au 31 mars 2019.

[3] Ferdinand de Lesseps.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin